Présentation

Innovation, Développement Agricole et Liens vers le marché (IDEAL) pour les jeunes au Burkina Faso, est un projet piloté par Yam-Pukri avec son partenaires technique et financier CTA. Le projet à une durée de deux(2) ans et se tient au Burkina Faso...

Contexte

Le Burkina Faso est un pays largement agricole, avec un Produit intérieur Brut (PIB) provenant à 54% du secteur agricole, et une économie essentiellement reposée sur l’activité agricole (86%). La production agricole est dominée par les céréales (sorgho, mil, maïs et riz), principales cultures vivrières.

La production céréalière couvre 4.2 million d’hectares, soit les trois quarts des superficies cultivées. L’agriculture burkinabé, majoritairement familiale, est peu modernisée, y compris du point de vue de l’usage des TIC, et souffre de manque de productivité. Ainsi que spécifié dans la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) du pays, le secteur agro-sylvo-pastoral est celui qui peut le plus facilement fournir un emploi aux jeunes burkinabè dont un grand nombre fait face au chômage ou au sous-emploi.

Selon les statistiques de l’Agence Nationale de Promotion de l’Emploi au Burkina (ANPE), les jeunes représentaient 85% des demandeurs d’emploi en 2012. Ces jeunes constituent une large tranche de la population (66% a moins de 25 ans). Environ 77% des jeunes occupés sont dans le secteur agricole (Etude SPONG, 2014). En outre, la moitié des jeunes travailleurs du secteur agricole sont pauvres. Pour toutes ces raisons, le gouvernement burkinabè et les acteurs nationaux et internationaux qui les accompagnent promeuvent de manière croissante, l’entrepreneuriat des jeunes dans le secteur agricole, y compris à travers l’agribusiness.

Le présent projet entend mobiliser les technologies numériques pour renforcer l’entrepreneuriat agricole au Burkina. Le projet mettra l’accent sur la collaboration technique et commerciale entre jeunes paysans/agripreneurs et jeunes entrepreneurs offrant des services TIC pour l’agriculture.

Des prestataires de services e-agricoles plus expérimentés (Afrique Verte, à travers son service SIMAgri) ou Manobi (à travers son service d’information de marché) pourront être également mobilisés.

Un accent sera mis sur les services TIC favorisant un meilleur accès au marché pour les paysans et agripreneurs, à travers notamment les services offerts par les deux organisations ci-dessus mentionnées.

Les jeunes paysans et entrepreneurs agricoles impliqués seront prioritairement ceux collaborant avec des organisations de producteurs et initiatives nationales soutenant déjà l’entrepreneuriat agricole (CPB, FEPAB, etc.) afin de favoriser synergies et durabilité. L’intervention se base sur le modèle iAP (Intra-generational e-agriculture partnership) développé par le CTA. Le modèle iAP encourage l’offre de service et la collaboration commerciale ou professionnelle entre jeunes entrepreneurs e-agricoles et les jeunes agripreneurs.

    PARTAGER via

  • Twitter